Acceuil / Actualite / Commerce équitable : consommer autrement, les Marocains sont-ils solidaires?

Commerce équitable : consommer autrement, les Marocains sont-ils solidaires?

 

Article rédigé par :Sofia KEROUAD, Master en Management des entreprises sociales et territoires

Par définition le commerce consiste à un échange entre deux parties pour la revente en l’état (sans ou après transformation) mettant en rapport un vendeur et un acheteur dont l’objet consiste à échanger un produit ou un service.

Avec le développement économique et social, ce rapport entre les vendeurs et les acheteurs a connu des inégalités, dont les petits agriculteurs, artisans ou encore commerçants sont les plus touchés, avec l’émergence de la mondialisation et les avantages comparatifs du commerce international en faveur des multinationales et les États les plus riches , ces inégalités se sont consolidées.
Pour remédier à ces inégalités ou au moins alléger les effets touchants les parties vulnérables du commerce conventionnelle, il fallait bel et bien penser à une alternative permettant d’exercer le commerce autrement, permettant d’installer un climat d’échange marqué par l’équité et l’égalité entre les vendeurs et les acheteurs, surtout un commerce éthique et équitable.
C’est dans ce contexte que le terme « commerce équitable » a fait sa parution dans les années 80, dans ue période marquée par la crise économique, les politiques d’ajustement structurel et le recule de l’État gendarme.

C'est qoui le commerce équitable?
Le terme « commerce équitable » trouve ses origines chez les socialistes utopiques, en principe aux Etats- Unis Josiah Warren semblent en est le précurseur dans ses expérimentations menées au sein de la Communauté New Harmony de Robert Owen. Ce terme, utilisé dès 1827, a ensuite été utilisé à plusieurs reprises comme dans la communauté des équitables Pionniers de Rochdale en 1844.
En Europe le terme commerce équitable avait marqué son apparition avec la naissance de « Max Havlaar » le personnage héroïque du roman de l’écrivain néerlandais d’Edward Douwes Dekker dit Multatuli, paru en 1860 dont les événements passent à Java en Indonésie et dont il dénonce l’exploitation coloniale et les inégalités du commerce entre les Pays-Bas et l’Indonésie.
Selon la sociologue Elisabetta Bucolo, le commerce équitable : «  est un système de solidarité concrète entre les consommateurs du nord et petits producteurs du Sud. Les acteurs du commerce équitable s’engagent à acheter aux petits producteurs du Sud leurs produits (produits artisanaux et matière première) à un prix juste tenant compte des couts réels de la production, limitant le plus possible les intermédiaires de la commercialisation, en n assurant des relations de longue durée, en participant directement (préfinancement et conseil) à la mise en place de projets. Les producteurs du Sud s’engagent à organiser le travail de production de manière démocratique, en respectant des conditions environnementales et sociales, et à participer activement au développement au niveau local ».

De cette définition nous pouvons bel et bien ressortir les principes du commerce équitable consistant à un engagement durable et solidaire entre les consommateurs du Nord et les producteurs du Sud, ainsi l’échange doit être démocratique et transparent, visant à améliorer le revenu des producteurs du Sud, favoriser le développement des producteurs défavorisés.
De ce fait, le commerce équitable va au-delà de la simple garantie d’une égalité entre les vendeurs et les acheteurs, il vise l’installation d’un climat marqué par la démocratie et le respect des droits de l’Homme dans les régions les plus défavorisées, et il vise la mise en place d’un développement durable en imposant aux producteurs le respect de l’environnement et la contribution au développement local de leurs localités.

Le commerce équitable en chiffres

En 2012 les produits issus du commerce équitable ont réalisé un chiffre d’affaires entre 5.5 et 6 milliards d’euros en 2012 contre 1 milliard d’euros en 2003, ainsi plus de 30000 de référence sont consommées dans 70 pays consommateurs.
D’autre part, le nombre de travailleurs qui bénéficient du commerce équitable a augmenté entre 2000 et 2007, FLO( Fairtrade labelling organisation) a multiplié par deux le nombre d’organisations labellisées.
En 2012 plus de 2 millions de producteurs et travailleurs ont bénéficié du commerce équitable issu des pays du Sud (Afrique, Asie, Amérique Latine) rassemblés au sein d’environ 1400 organisations professionnelles (coopératives, association) dans 75 pays.
10 millions de personnes qui bénéficient du commerce équitable à travers le monde.
Les chiffres illustrés reflètent l’importance du commerce équitable dans l’économie de la population mondiale, ainsi une prise de conscience mondiale de l’importance de la mise en place d’une économie alternative capable de remédier ou en moins alléger les dégâts du commerce conventionnel.
De ce fait, le commerce équitable représente dans les pays du sud une occasion pour produire autrement et avoir une rémunération juste de leurs travaux. Ce qui permit aux petits producteurs de devenir acteurs majeurs dans le développement local et durable de leurs productions et de leurs territoires.

Commerce équitable qu’on est-il du Maroc?

Au Maroc le terme « commerce équitable » reste peu connu! Son apparition est récente et a accompagné l'émergence de l'économie solidaire dans le cadre des politiques de développement économique, social et solidaire.
Maroc-Taswqi représente la plate-forme du commerce équitable au Maroc, dirigée par Najib Mikou Maroc Taswiq a mis en place trois points de ventes destinées exclusivement aux produits des coopératives agricoles au Maroc.
Le but de ce projet et d’offrir aux coopératives agricoles un espace pour commercialiser leurs produits de terroir d’une part et faire sensibiliser des impacts négatifs du commerce international sur les petits producteurs jugés les plus vulnérables dans ce cycle commercial d’une autre part.
Aujourd’hui Maroc Taswiq collabore avec plus de 500 coopératives dont les produits sont commercialisés dans des magasins spécialisés au Maroc et à l'étranger. Maroc Tasiwq dispose d'un site web de ventre en ligne à travers le monde de plus de 300 produits cosmétiques et un millier de produits alimentaires.
Les derniers chiffres pubiés sur le portail de Maroc Taswiq , font état de plus de 800 coopératives TPE (très petites entreprises) se sont adhérées à Maroc Taswiq des 12 régions du Maroc.
La conscience de l'importance du commerce équitable et son développement au Maroc a aussi connu le lancement d’un marché solidaire à Casablanca dans le cadre de la 19e Compagne de la solidarité 2017 pour un investissement global de 16.5 millions de DH.
Le marché destiné aux produits de terroir propose les prix de vente du producteur dans le cadre du respect de la règle fondamentale du commerce équitable.
Reste à noter que le commerce équitable au Maroc souffre de plusieurs obstacles à savoir:
1- l’absence des lois et textes réglementaires organisant le secteur;
2-un marché local reste modeste et non attirant;
3- une grande partie de la production est destinée à l’export vu la baisse de la demande locale à cause de leurs prix « chers «;
En guise de conclusion le commerce équitable porte en elle les principes de démocratie et d’équité visant le respect des droits des petits producteurs souffrants des dégâts du commerce international et conventionnel et mettre en place une culture de consommation durable : visant la viabilité économique l’équité sociale et le respect de l’environnement.
Il reste à signaler qu’il y a un manque de données sur le secteur, les plates-formes existantes n’offrent pas de données suffisantes permettant une analyse fiable.

Lire aussi

Pour une pensée postcoloniale

Par: Abdelouahed HAJJI Déconstruire le discours colonial (j’ajouterai le discours nationaliste produit par l’élite) semble …